De la laque à Photoshop: l’art du photomaton russe

Fraîchement arrivée à Moscou, je suis plongée depuis quelques jours dans des taches administratives passionnantes (que je vous épargne heureusement) mais qui me permettent de découvrir des particularités culturelles assez fascinantes. Je prendrai donc l’exemple des photomatons.

Je suis partie en catastrophe hier matin au bureau des étudiants internationaux pour déposer une demande de prolongation de visa (en une phrase je perds la moitié de l’auditoire, alors heureusement que je vous épargne!) et arrivée au métro, je vois, la belle aubaine, une cabine de photomatons. Je m’approche de la cabine lorsqu’une petite vieille dame (qui aurait été charmante si seulement elle avait décroché un sourire) me barre le passage. « 200 roubles s’il vous plait ». »Très bien, mais il me faut des photos sur papier mat surtout » « Pas de problème ». Elle me pousse dans la cabine, me remet les cheveux d’aplomb, replie mon col, puis lance la machine en appuyant sur les boutons (c’est exactement comme une cabine française, j’aurais largement pu y arriver seule mais c’est là tout l’art des russes pour créer des emplois).Puis elle sort de la cabine, attrape les photos et me les tend. Catastrophe, elles brillent ! Je lui tend les photos, fâchée. Elle me répond par un regard malicieux l’air de dire, patience mon petit, attrape une bouteille de laque pour cheveux et bombarde mes photos. En effet ça ne brille plus mais ça empeste. Elle fait signe de secouer les photos pour les sécher, et de passer mon chemin.

Je sors du métro, je sens bien que je n’ai pas vraiment obtenu les photos réglementaires mais qui sais, ça passera peut-être. Arrivée au bureau, une pâle blonde longiligne prend un air désappointé quand je lui tend mes photos odorantes et 5 minutes plus tard je suis de nouveau dehors à la recherche d’un magasin de photo réglementaire.

J’en trouve un, très chic avec une charmante dame à l’entrée, où pour le même prix je trouve le papier mat et les bonnes dimensions. On m’installe, m’arrange, me recadre. Je souris, puis plus, puis à moitié. C’est fait, elle affiche ma photo en grand sur son ordinateur, on choisit ensemble, et là tout à coup, elle prend une souris bizarre et je vois ma photos se transformer: elle me baisse les épaules, agrandis mon col, éclaircis mon visage, gomme tous mes petits cheveux fous, efface mes cernes, me balance une mine ensoleillée malgré la saison et termine par une effet bright sur les lèvres.C’était la première fois de ma vie que je me faisait « photoshoper » et laquer dans une même journée!

Publicités

A propos Marikouchka

Etudiante française à Moscou
Cet article a été publié dans Vie moscovite. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour De la laque à Photoshop: l’art du photomaton russe

  1. Louis dit :

    Balance le résultat photoshopé !!

  2. marie, tu éclaires ma journée. merci

  3. Grégor dit :

    Je viens aussi de débarquer à Moscou et je fais face au meme probleme ! Trouver un photographe réglémentaire. Ton histoire m’a bien fait rigolée en tout cas. Pourrais tu me dire ou tu as trouvé ce photographe ? Merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s