Chauffage, douches, plaquettes de chocolat et autres vestiges du communisme

Cela fait déjà plus d’une semaine que je suis installée à l’общежитие (la résidence universitaire littéralement le commun-vie), le temps suffisant pour repérer et maîtriser quelques pratiques et coutumes intrigantes. Nous avons une armée de (plus ou moins) charmante vielles dames  par étage qui nous surveillent (le Babouchki Intelligence Agency) et pénètrent parfois dans nos chambres en notre absence pour nous laisser des lettres de remontrances en russe pour vaisselle mal faite et autres incidents quotidiens. Elles n’hésitent pas à nous bombarder de russe tout en sachant qu’on rate un mot sur deux mais ça fait partie du charme de l’équipe car quand on comprend une phrase on est tellement content qu’on finit par rigoler avec elles. Elles étaient pendant longtemps fâchées contre les Français et très copines avec les Américains (étrange) jusqu’à ce qu’on comprenne que les américaines leur offraient des plaquettes de chocolat tous les 2 jours, délicieuse corruption..

La seconde grande incompréhension a été le chauffage: il fait une chaleur terrible dans les chambres. On rapidement essayé de baisser la température mais impossible. La solution a été finalement d’ouvrir grand les fenêtres alors qu’au même moment Gazprom resserrait les robinets de gaz en direction de l’UE sous prétexte de grand froid en Russie. J’ai fini par poser la question à une amie française installée depuis déjà un an. L’explication est la suivante: la température du chauffage est la même pour tout Moscou. Ce système de chauffage, installé dans les années 20, fonctionne à l’eau chaude. Il suffit qu’il y est 3 jours consécutif à 7 degrés celsius pour que le grand responsable du chauffage à Moscou actionne son levier et balance 28 degré dans l’ensemble de la ville.

Il a enfin fallu s’habituer au douches communes installées dans une petite pièce qui servent en même temps au 150 filles de la résidence, babouchkas incluses, et qui ont pas mal bouleversé notre pudeur occidentale. Mais tout ça fait partis du charme soviétique, I guess..

Publicités

A propos Marikouchka

Etudiante française à Moscou
Cet article a été publié dans Vie moscovite. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s