La Voie Russe

Depuis deux semaines déjà je suis deux cours à la faculté de Philosophie en russe. Ou plutôt je m’installe au fond de la classe avec un dictionnaire et j’essaie de traduire ce que je ne comprends pas, soit à peu prêt tout, en me faisant toute petite. Tout ça me permet d’acquérir un vocabulaire assez utile dans la vie quotidienne, tel que « peuple chrétien élu », « droit de servage », « âme », « esprit ».. J’ai quand même un peu peur d’être prise en flagrant délit de totale incompréhension, et quand Mr Kantor a lancé d’une voix tonitruante «  Je suis Jean,  Je suis Jacques, Je suis Rousseau mais je ne suis pas Jean-Jacques Rousseau » puis est parti dans un grand rire sonore en me prenant à parti, j’en menais pas large. Mr Kantor est un personnage, une force de la nature, toujours en train de plaisanter et faire rire toute la classe mais en un froncement de sourcil il rétablit le silence. Il est un spécialiste reconnu de Dostoievski.

Le thème du cours d’Histoire de la philosophie russe est « la Voie Russe entre Orient et Occident ». Du peu que je comprends, ça se moque pas mal de la philosophie occidentale. Sans le sentiment de l’immensité de l’espace jamais on ne pourra comprendre les russes. Ce pays est tellement immense qu’il laisse la possibilité à toute utopie. Si quelqu’un est pris par l’envie de créer sa propre société selon ses règles entre st Petersbourg et Yakutsk, c’est possible. Ici la grande question est celle de l’existence de Dieu, et de la Voie russe, la Voie orthodoxe. On parle de Catherine II, de Pougatchev, des Décembristes, de Montesquieu puis de Tolstoï Pouchkine et Dostoievski. La question de la voie russe est centrale, dans l’Adolescent, Kraft arrive a la conclusion (énoncé dans le livre par Dergatchev, p.53) que « le peuple russe est un peuple de second ordre destiné à servir de matière à une race plus noble sans jamais avoir de rôle indépendant dans les destinées de l’humanité. En raison de cette conclusion, peut-être juste, monsieur Kraft est arrivé à ceci que toute l’activité du russe, quel qu’il soit, doit être désormais paralysé par cette idée, que, pour ainsi dire, les bras doivent nous tomber à tous » et peu de temps après Kraft se suicide.

Il y a, dans cette ville, un désespoir ambiant. Passé l’enthousiasme des premiers jours, je commence à le sentir. Le matin le métro sens la vodka, le soir pareil. Hier alors que je sortais de la résidence, j’ai assisté à une drôle de scène, 4 étudiants portaient un cinquième dans un drap qui ne bougeait plus pour le sortir hors de la résidence. Lilia Constantinovna, la babouchka en chef a lancé haut et fort un « Boire c’est mal ».Une femme immense qui avait l’air un peu saoule se tenait à côté des 4 étudiants. Ils ont tenté d’arrêter un taxi mais l’homme a refusé de prendre l’étudiant qui devait bien être en coma éthylique. Alors la femme s’est battu avec le taximan en hurlant pendant que les 4 étudiant ramenaient le 5ième inerte à la résidence. Il y a un article qui explique bien l’état d’esprit de la jeunesse ici : http://www.slate.fr/story/39563/jeunesse-russe-deboussolee . La vie ici est à l’état brut, personne ne fait semblant. Dans le métro hier soir jouait un violon au milieu du flot ininterrompu de passants, c’était parfaitement juste, vibrant, maîtrisé. « Le génie c’est de la rigueur dans le désespoir » disait Jean Genet. Il y a ici beaucoup de rigueur et de désespoir, et quelques génies pour sublimer tout ça.

Publicités

A propos Marikouchka

Etudiante française à Moscou
Cet article a été publié dans Pourquoi ce blog?. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s