En attendant le métro

Fraîchement revenue de France avec une cargaison de fromages et vins délicats, je suis allée dîner hier soir chez des amis russes avec de quoi leur faire découvrir les charmes de d’une tartine de chèvre au miel, ou d’un Jurançon moelleux. Toujours est-il que, de fils en aiguille, et de tartines en verres, je n’ai pas vu passer l’heure et ce n’est qu’à 1h moins 20, alors que la BIA (Babushka Intelligence Agency) réalise sa dernière ronde dans les couloirs du dormitory que j’ai réalisé que j’allais rater le dernier métro, et que les babouchkas furieuses allaient me fermer la porte au nez. Génia m’a donc attrapé et négocié un gipsy cab (le petit nom des taxis clandestins) pour le terminus de ma ligne de métro, la sombre station de Koutouzovsky, où je ne m’étais encore jamais aventurée.

A Koutouzovsky j’attrappe de justesse un métro, complètement vide. Un wagon plus loin j’aperçois un jeune couple. Je ne suis pas complètement seule donc ça va. Sauf que le couple s’empoigne et semble se coller des claques. Je me dis que c’est la fatigue, je rêve. 3 stations plus loin le métro s’arrête et nous demande de tous descendre, ça sent le roussi. Je descend et je me retrouve seule sur le quai, avec le jeune couple. Je m’approche d’eux et leur demande dans un russe hésitant ce qui se passe et quand viendra le prochain métro. Le gars me répond, d’une drôle de voix, qu’il arrive, qu’il faut attendre. Je réalise qu’ils sont tous deux très agités, très maigres, les visages émaciés, les yeux brillants et drogués jusqu’à la moelle.

« Tu viens d’où? » me demande-t-il. » De France. Ses yeux à elle s’allument de fierté « Il parle français, très bien ». Alors d’une voix fragile et grinçante, il se met à me parler en français, « Elle c’est Génia, moi c’est Anton, j’ai vécu au Havre, j’en connais des français, des Ludovics, des Auréliens, des Juliens.. » Et il énumère consciencieusement un tas de noms. « Je travaillais au Havre, tu fais quoi ici? Tu es perdue un peu? Ca va la Russie? Tu as des amis? Des gens qui t’aident. » Il parle très vite et n’écoute pas bien mes réponses, elle sourit largement et fait apparaître les dents qui lui manquent. Pendant qu’il me parle, elle lui murmure « Dis-lui, dis-lui » avec insistance. Lui fait comme s’il ne l’entendais pas et l’écarte. Elle insiste. Il s’excuse et disparaît avec elle derrière le poteau quelques mètres plus loin. Je me demande ce qu’elle veut qu’il me dise, pendant qu’ils reniflent bruyamment et se collent je ne sais quelle substance dans le nez. Peut-être de l’argent tout bêtement.

Ils reviennent, la conversation reprend de plus belle,plus bruyante, plus chaotique, plus décousue, ils ne tiennent plus en place et tourbillonent autour de moi comme deux grands papillons de nuit. Je l’entends lui répéter en russe « Dis lui, Dis luis! », le métro approche, on l’entend qui gronde. Il la coupe, « Oui je lui dis! » et se tourne vers moi « Génia est ma femme, on a une petite fille de 6 mois ». Un sourire éclaire son visage à elle, elle se calme un peu, se stabilise comme apaisée, me regarde et acquiesce en russe « oui, on a une petite fille. »Elle l’embrasse furtivement.

Le métro est là, je monte, ils restent sur le quai, je ne comprends pas pourquoi, je les salue et je vois leurs yeux brillants qui s’éloignent sur le quai, mes deux grands papillons échoués.

Publicités

A propos Marikouchka

Etudiante française à Moscou
Cet article a été publié dans Vie moscovite. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour En attendant le métro

  1. quoi d arracher une larme au bresilien le plus impassible

  2. Hugo dit :

    Subtil et touchant… beau texte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s